Le choix du patron

Si vous avez suivi mes pérégrinations sur la chemise Bruyère de Deer and Doe, vous savez déjà qu'à la base j'ai acheté le patron pour en faire une robe.

robebruyère1

Alors oui je l'aime ce patron ! Cousu 3 fois en moins d'un mois, je pense que cela veut tout dire. Par contre, comme vous pouvez le constater, je l'aime à ma façon, à chaque fois modifié. Depuis mes débuts en couture, j'ai toujours aimé apporter quelques petites modifications, ou mixer plusieurs patrons. Certaines appellent cela le pattern hacking - ici vous verrez un de mes prochains projets proposé par Sandra, cette version de Chardon me plaît énormément !

Personnellement comme je n'ai pas le talent pour patronner, il me faut quand même une bonne base à hacker. Et pour cela les patrons Deer and Doe sont tops, alors je n'ai pas de scrupules à acheter un patron pour au final ne pas coudre la version originale.

 

Le choix du tissu

D'emblée je souhaitais coudre ma robe dans un tissu fluide, pour donner un joli rendu aux fronces. Je suis donc partie sur une viscose. J'ai craqué pour la version bleue du tissu Halo d'Atelier Brunette. quand la première collection est sortie, le motif m'a beaucoup plu, mais je ne me reconnaissais pas dans les coloris. Alors quand Halo est sorti en bleu, de loin ma couleur préférée - je suis sûre que vous ne l'aviez pas remarqué ;p - je n'ai pas hésité longtemps !

robebruyère2

 

Le mètre est à 19,90 €, un peu plus cher que la moyenne, mais la qualité en vaut la peine.

 

La réalisation

Pas de difficultés pour cette 3ème version. D'autant plus que j'ai suivi les bons conseils de Lise - Nutellise sur Instagram - et que j'ai utilisé de l'amidon pour ma patte de boutonnage. Quand j'ai cousu ma première chemise Bruyère j'ai vraiment rencontré des difficultés avec ma patte de boutonnage en viscose. J'ai fini par l'entoiler complètement, mais je trouve que ça casse un petit peu la fluidité de la chemise. Du coup pour cette version, j'ai investi dans une bombe d'amidon. 

robebruyère3

Que dire, à part que c'est fantastique !!! Dans mon imaginaire, le tissu serait rigidifié au point de ressembler à du carton. Bien entendu ça n'a pas été le cas. Toutefois, après un bon coup de fer à repasser, la viscose s'est vraiment stabilisée. Les plis de la patte de boutonnage ont bien été marqué. La couture s'est déroulée sans accroche. J'avais déjà entendu parlé de l'amidon comme solution miracle, mais à chaque fois il s'agissait de faire un mélange maison. Pour la flemmarde que je suis ça me semblait tout de suite trop compliqué.

chemisebruyère8

Cette fois-ci j'ai cousu une taille au-dessus, soit un 42, pour éviter de me retrouver avec le même soucis que ma Bruyère en Liberty. Je suis très à l'aise, et pourtant ça baille toujours légèrement au niveau de la poitrine ... Il y a des choses que je ne m'explique pas. Je pense surtout qu'il faut que je me fasse une raison et que j'arrête de me focaliser sur ce détail.

J'ai choisi des boutons pressions effet nacre. Je commence à être plus à l'aise avec la pose des boutons pressions, je n'ai plus de problème de décalage, et ça me prend moins de temps à force de m'y exercer.

Je rappelle que j'ai piqué l'idée de cette robe à La Couture Rose, haut de Bruyère associé au bas de la robe Sureau, adaptée à ma sauce :

- pas de ceinture,

- les fronces remplacent les plis.

J'ai à nouveau opté pour des manches courtes, c'est de saison :)

Cousue en 5h30, boutons inclus, je crois que je commence à maîtriser le modèle.

 

Le coût

Patron : 12,80 €/3 = 4,30 €

Tissu : 2m*19,90 = 39,80 €

Boutons pression : 11 boutons = 2,10 €

Fil : 0,50 cts

Ma robe m'aura coûté 46,70 €.

 

Le verdict

 

robebruyère6

 

Ma nouvelle petite robe me plaît beaucoup. Elle tombe bien, et je m'y sens à l'aise. Je l'imagine aussi très bien en mode automne/hiver, je pense donc pouvoir la porter toute l'année. Un très bon point !